Déportations de civils by Alexandra Leroy

Les causes des déportations de civils

Dès octobre 1916, les Allemands commencent à déporter des civils belges en masse dans des camps de travail en Allemagne. Quelles sont les causes de cette déportation ? L’occupant répondait-il à des motivations économiques, des motivations sociales ou à des motivations politiques ?

Les règles de la guerre et l’emploi des civils

Tout d’abord, la Convention de la Haye qui fixe les règles de guerre prévoyait que seuls les prisonniers de guerre pouvaient êtres soumis au travail forcé. Jusqu’en 1916, cette règle est respectée. Mais dès octobre 1916, l’occupant allemand déporte des civils pour le travail forcé.

Des motivations sociales?

Au départ, l’occupant souhaite déporter uniquement des chômeurs même si dans la réalité, des travailleurs seront aussi déportés mais resteront plutôt minoritaires.

Les règles de guerre imposaient à l’occupant de ravitailler les populations occupées. Or, avec le blocus britannique, la Belgique ne peut plus importer de la nourriture. En 1915, la Belgique est au bord de la famine. Le CRB (Commission for Relief in Belgium, une aide internationale humanitaire) va apporter des vivres mais cela ne suffit pas. Chaque jour, les chômeurs et les nécessiteux sont plus nombreux (près d’un Million en 1916).

« Des chômeurs sans ressources en Belgique et un manque de main d’œuvre en Allemagne ».

D’un point de vue pratique, la solution paraît simple : faire travailler les chômeurs belges en Allemagne en leur proposant de signer des contrats de travail volontaire. D’un point de vue moral, c’est plus compliqué. Une propagande est mise en place par le « Deutschen Industrie-Büro » pour convaincre les nécessiteux belges de travailler volontairement pour l’Allemagne. Elle convainc peu de personnes : 20.000 seulement signeront un contrat. Travailler en Allemagne, c’est nourrir l’effort de guerre allemande et donc, combattre contre son propre camp.

Les Allemands décident alors de déporter de force des « chômeurs » belges sur le front français ou en Allemagne. En 1916, Lessines se trouve dans la zone du Gouvernement général : les déportés seront donc envoyés en Allemagne. 60.000 belges seront envoyés en Allemagne, dont 1323 Lessinois en 1916.

Ces chômeurs, les Allemands les voyaient aussi comme une menace pour la sécurité du territoire occupé car ils pourraient se joindre à tout moment à la résistance belge.

Des motivations politiques ?

Si on s’intéresse à l’histoire militaire, il apparaît aussi que l’occupant déporte à un moment stratégique. Depuis 1914, les Allemands ont envoyé énormément d’hommes faire la guerre. Ils ont subi de lourdes pertes en 1916 lors de la bataille de Verdun (1.250.000 hommes y furent envoyés, 140. 000 furent tués et 196000 furent blessés) ou lors de la bataille de la Somme dans laquelle 170000 Allemands trouvèrent la mort. De ce fait, ils manquaient énormément de main d’œuvre sur le front et en Allemagne. Déporter la main d’oeuvre abondante présente en Belgique leur permettait de faire face à ce problème de manque d’hommes. Dans cette guerre totale, les différentes puissances n’hésiteront pas à user de tous les moyens pour augmenter le nombre de combattants (appel aux colonies, travail des femmes, déportation de travailleurs, …).

Des motivations aussi économiques ?

Le plan Rathenau consistait à paralyser l’industrie belge et ainsi a l’éliminer de la liste des concurrents de l’Allemagne. L’occupant a ainsi réquisitionné des matières premières, démonté des machines-outils, fermé des usines, ce qui contribue à expliquer l’augmentation du nombre de chômeurs. Certains ont même considéré que l’objectif de ce plan était de créer des chômeurs pour faciliter l’arrivée d’une nouvelle main d’œuvre en Allemagne.

 Réalisé par Guillaume BAGUET

Bibliographie :

BECKER (Annette), Oubliés de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 2003 (Collection Pluriel Histoire)

CHARON (Arnaud), Les déportations de la population belge pendant la Première Guerre mondiale. Première approche. Exposé donné le 17 octobre 2014 aux Archives générales du Royaume pour les élèves de l’option Histoire de l’Athénée Royal René Magritte de Lessines.

HENNING (René), Les déportations de civils belges en Allemagne et dans le nord de la France, Bruxelles, Vromant, 1919.

THIEL (Jens), Slaves raids pendant la Première Guerre mondiale. Déportation et travail forcé en Belgique occupée (Humbold-Université Berlin), Conférence à l’Historikerdialog, Louvain-la-Neuve, UCL,  24 mars 2014.

PASSELECQ (Fernand), Les déportations belges à la lumière des documents allemands, Paris, Berger-Levrault, 1917.

http://www.commemorer14-18.be (consulté en novembre 2014)